Europe

Définition

Mark Cartwright
par , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 25 octobre 2018

Texte original en Anglais : Europa

Europa & the Bull of Zeus (by Unknown Artist, Public Domain)

Europe est une figure de la mythologie grecque qui a plus tard donné son nom au continent européen. Dans une version populaire de son histoire, Europe était une princesse phénicienne enlevée par Zeus et emmenée en Crète; le roi Minos, celui du labyrinthe et du célèbre minotaure, serait l’un des résultats du viol de Zeus. La légende d’Europe, et en particulier sa recherche par ses trois frères, pourrait bien refléter la colonisation historique de la Méditerranée par les Phéniciens de 1200 à 800 AEC.

Enlèvement par Zeus

Selon Hésiode, dans sa Théogonie, Europe est une des filles de Océan et de Téthys (357) tandis que l’Iliade de Homère la décrit comme étant la fille de Phoenix (14:321). Dans une autre version de l’histoire Europe est une princesse phénicienne, la fille du roi phénicien de Tyr, Agénor, et Phoenix est son frère. Telle est la version des événements présentée par l’historien Hérodote du Ve siècle avant notre ère (1.2.1).

Supprimez la pub

Advertisement

Un jour, alors qu’Europe se détendait avec ses amis au bord de la mer, le dieu Zeus l’espionna et tomba immédiatement amoureux d’elle. Dans une stratégie de séduction un peu bizarre, Zeus se transforma en taureau blanc ou bien envoya un beau taureau courtiser la princesse. Europe fut en effet charmée par l’animal docile et le décora de fleurs. Puis, pensant qu’elle pourrait bien chevaucher une bête si tranquille, elle grimpa sur son dos, et le taureau aussitôt s’éloigna du rivage, vola dans les airs et porta Europe très loin de Phénicie. Les taureaux volants n’étant peut-être pas les meilleurs moyens de transport aériens, il n’est pas surprenant que le taureau soit rapidement tombé dans la mer et de là le couple dû nager jusqu’en Crète. Une fois sur l’île, Zeus violenta la princesse, et le couple enfanta trois enfants : Minos, le futur roi de Knossos, Rhadamanthe le sage qui finirait par devenir juge des Enfers, et, dans une tradition un peu plus tardive, le grand guerrier et allié de Troie, Sarpédon. Bien qu’il fût une sorte de dieu qui “séduisait et s’enfuyait”, Zeus accorda à Europe quelques cadeaux de séparation. Il y eut un chien de chasse infaillible; un garde du corps, Talos l’homme de bronze animé; et un javelot qui atteignait toujours sa cible.

LES RECHERCHES POUR EUROPE ET LA FONDATION DE COLONIES QUI EN DÉCOULA REFLÈTENT PROBABLEMENT LA RÉALITÉ HISTORIQUE DE LA COLONISATION PHÉNICIENNE en MÉDITERRANÉE.

Pendant ce temps, quand Agénor apprit la disparition de sa fille, il envoya ses trois fils la retrouver. Ceux-ci étaient Phoenix, Cilix, et Cadmus, et bien qu’ils n’aient jamais trouvé leur sœur, les trois jeunes hommes fondèrent respectivement (selon le mythe) de nouvelles colonies en Phénicie, Cilicie, et Boétie (Thèbes) et devinrent donc les pères fondateurs de ces peuples.

L’histoire se termine quand Europe trouva plus tard un peu de réconfort chez Astérios, le roi crétois qu’elle épousa et qui adopta les fils qu’elle avait eu avec Zeus. Enfin, le taureau que Zeus avait créé devint la constellation du Taureau. Le mythe de Zeus peut avoir origine dans des événements historiques, peut-être représentant des raids crétois, Minoens ou Mycéniens, qui attaquèrent Tyr (en Phénicie) à l’âge de bronze et ramenèrent un vrai trésor sur l’île ou, alternativement, représenterait une attaque sur la Crète datant de la période hellénistique. Les recherches pour Europe et la fondation de colonies qui en découla reflètent probablement aussi la réalité historique de la colonisation phénicienne autour de la Méditerranée entre le 12e et le 7e siècle AEC, qui est maintenant attestée par des preuves archéologiques.

Supprimez la pub

Advertisement

Europa & Zeus
Europa & Zeus
by Carole Raddato (CC BY-SA)

Le Nom et le continent

Le nom Europe signifie « large visage » et fait probablement référence à la pleine lune. Sinon, si le mot est divisé en eu-rope, alors il signifie « bien arrosé ». Les Grecs anciens appliquèrent d’abord le mot Europe à la zone géographique de la Grèce centrale, puis à l’ensemble de la Grèce. Par 500 AEC, Europe signifiait le continent entier de l’Europe (bien que les Grecs ne connaissaient vraiment que les régions autour de la Méditerranée) avec la Grèce à son extrémité orientale. La rivière Don, au nord de la mer Noire, était généralement considérée comme la frontière avec l’Asie. Hérodote (4.45) mentionne que le continent est connu sous le nom d’Europe mais admet que les frontières exactes sont inconnues et qu’il n’a pas pu découvrir pourquoi Europe a été choisi comme nom. Hérodote note le fait curieux que les Grecs avaient choisi trois noms de femmes pour les trois grandes masses terrestres qu’ils connaissaient, l’Europe, l’Asie et la Libye.

Représentation dans l’art

Europe chevauchant le taureau de Zeus était un sujet populaire dans l’art grec du 6ème siècle AEC bien que la plus ancienne représentation connue, un relief d’amphore, date du siècle précédent. Des métopes du Trésor de Sicyone à Delphes (c. 560 AEC et en fragments) et Sélinus (complet, 6ème siècle AEC), une partie de frise du temple d’Athéna à Athos et une dalle en relief de Pergame représentent tous le mythe. La poterie à figure noire et les pierres précieuses étaient d’autres façons de dépeindre le mythe de Zeus et Europe, un très bel exemple étant une amphore, oeuvre d’un peintre d’Édimbourg maintenant au Musée des Beaux-Arts de Boston. Il subsiste une sculpture en pied qui se trouve maintenant au Musée National de Berlin et qui est une copie d’un original datant du milieu du 5e siècle AEC. Europe est enveloppée d’un himation, et une plus petite statuette où ‘Europe’ est gravé identifie la plus grande figure. Le thème de Europe et du taureau était encore populaire auprès des peintres en céramique à figures rouges au 4e siècle AEC, en particulier dans l’Attique et le sud de l’Italie. Les Romains continuèrent à apprécier et perpétuer le mythe et, encore aujourd’hui, le sujet reste un des favoris et est représenté sur le revers de l’actuelle pièce grecque de deux euros.

Supprimez la pub

Advertisement

Supprimez la pub

Publicité

About the Translator

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth is currently teaching English at the British Council, Milan. Fluent in French, English and Italian she has 25 years experience in the field of education. She enjoys travelling and learning about the history and heritage of other cultures.

About the Author

Mark Cartwright
Mark is a history writer based in Italy. His special interests include pottery, architecture, world mythology and discovering the ideas that all civilizations share in common. He holds an MA in Political Philosophy and is the Publishing Director at AHE.