Héphaïstos

Définition

Mark Cartwright
par , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 03 septembre 2019

Texte original en Anglais : Hephaistos

Hephaistos / Vulcan (by Jastrow (2006), Public Domain)

Dieu de la Grèce antique du feu, de la métallurgie et de l’artisanat, Héphaïstos (Hephaestus) était le forgeron génial des dieux olympiens, pour lesquels il façonna de magnifiques maisons, des armures et divers dispositifs ingénieux. Héphaïstos avait ses ateliers sous les volcans- le mont Etna en Sicile étant un des ses repaires favoris- et était, avec son pied-bot, unique en tant que seul dieu imparfait. Pour les Romains, il était connu sous le nom de Vulcain.

Origines et famille

Les origines de Héphaïstos sont obscures, mais il dérive probablement de l’idée commune que les premiers rois devaient également être maîtres en certains métiers, en particulier le travail du métal, et peut-être, aussi, la magie (qui aurait inclus la manipulation du feu). Dans la mythologie grecque classique, le dieu est né de Héra et de père inconnu; Héphaïstos était, contrairement aux autres dieux, une figure lointaine des canons de beauté classiques; tant et si bien que dans la mythologie grecque on raconte qu’il aurait été jeté du ciel par sa mère (ou dans d’autres récits par Zeus) en raison de sa laideur et que son atterissage violent sur Lemnos serait la cause de son infirmité. Soigné par Thétis (et peut-être aussi par Eurynomé, la fille de Océan), il construira son atelier sur le volcan de l’île où il vécut dans une imputrescible maison en bronze brillant, où il créa ses chefs-d’œuvre de métallurgie.

Supprimez la pub

Advertisement

En tant qu’artisan ingénieux, Héphaïstos aurait fabriqué le sceptre et l’égide de Zeus, le casque de Hermès et même la superbe première femme, Pandore.

Les problèmes physiques du dieu peuvent avoir été une métaphore mythique de la réalité des conditions de travail difficiles d’un forgeron où le martelage répété et les fumées toxiques pouvaient faire des ravages à la fois sur l’esprit et sur le corps. Le célèbre spécialiste des mythes grecs, Robert Graves, a une autre théorie et souligne que dans de nombreuses anciennes tribus d’Afrique de l’Ouest et de Scandinavie, le forgeron du village, un membre particulièrement important et vénéré de la communauté, était souvent délibérément estropié de sorte qu’il ne puisse pas facilement offrir ses services à un village rival.

Pour en revenir à la mythologie, Héphaïstos épousa la déesse Aphrodite. Cette union improbable s’est produite après qu’Héphaïstos ait capturé sa propre mère Héra dans les chaînes invisibles d’un trône qu’il avait construit, et le mariage était le prix de sa libération. La scène est populaire dans l’art grec et dépeint habituellement Dionysos menant un Héphaïstos visiblement éméché vers l’Olympe pour libérer Héra emprisonnée. Cependant, le mariage ne dura pas car Aphrodite avait de nombreuses aventures amoureuses, notamment avec le dieu Arès, bien que les deux aient été pris la main dans le sac. Toute l’histoire est racontée en détail par le barde Démodoque dans le livre 8 de l’Odyssée de Homère. Héphaïstos , un jour informé par Hélios, espionna les deux amants et puis décida de les capturer la prochaine fois qu’ils feraient mauvais usage de son propre lit en concevant un réseau ingénieux et invisible de chaînes autour du lit. Le couple d’amoureux, bien sûr, s’est emmêlé dans le piège doré, et Héphaïstos appela alors tous les dieux de l’Olympe pour assister au spectacle. Des rires retentirent dans toute l’Olympe et, une fois relâché, Arès s’enfuit en Thrace et Aphrodite à Paphos, Chypre.

Hephaistos Riding a Mule
Hephaistos Riding a Mule
by Zde (CC BY-SA)

Les deux fils les plus connus de Héphaïstos dans la mythologie grecque étaient Érechthée, le premier roi d’Athènes, et Périphétès, qui vécut près d’Épidaure, notoirement connu car il tuait les étrangers de passage à l'aide d'un gourdin de fer. Dans la mythologie attique, Héphaïstos essaya une fois de violenter Athéna, mais la déesse le repoussa. Le sperme qui éclaboussa sa jambe fut essuyé et atterrit sur terre et pour donner naissance aux Athéniens. Héphaïstos également prêta son nom à l’une des tribus traditionnelles d’Attique. Enfin, pour assister le dieu dans son atelier, Héphaïstos avait une équipe de cyclopes géants.

Compétences et associations

En tant qu’artisan ingénieux, Héphaïstos aurait fabriqué le sceptre et l’ égide de Zeus, le casque de Hermès, les portes à serrure secrète pour la chambre de Héra, et même la très jolie toute première femme, Pandore, qu’il sculpta en argile. Il se fabriqua également des automates- des servantes en or qui pouvaient parler et étaient pourvues d’intelligence, des Talos en bronze qu'il offrit au roi Minos de Crète, et des chiens de garde pour Alcinoüs, roi de Phéacie. Le dieu participa même en tant que sage-femme à la naissance d’Athéna, fendant la tête de Zeus avec sa hache afin que la déesse puisse en naître.

Supprimez la pub

Advertisement

Homère et Hésiode décrivent tous deux Héphaïstos comme le « dieu au pied infirme » et le « dieu boiteux ». Soutenant les Achéens dans la guerre de Troie, il combat et triomphe de façon mémorable, grâce au feu, du dieu fleuve Xanthe et produit une armure magnifique et un bouclier de bronze, d’or, d’argent et d’étain pour Achille, ce dernier étant décoré d’une multitude de scènes et décrit de façon très détaillée par Homère.

Temple of Hephaistos & Athena, Athens
Temple of Hephaistos & Athena, Athens
by Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Cultes et sites sacrés

Héphaïstos était particulièrement vénéré à Athènes et Lemnos dans le nord-est de la mer Égée. Athènes avait un célèbre temple conjointement dédié à lui-même et à Athéna (également patronne de l’artisanat et de ses adeptes); toujours visible sur un promontoir dans l’agora antique aujourd’hui mise au jour, il est l’un des temples les mieux conservés du monde grec. Le temple dorique construit c. 449 AEC et parfois connu sous le nom de Hephaïsteion ou Thésion a 13 colonnes sur les côtés et six sur les façades. Le temple contenait à l’origine de grandes statues en bronze d’Athéna et d’Héphaïstos. Selon Sophocle, les forgerons marchaient à travers la ville portant leurs outils pendant le festival annuel de Chalkeia qui honorait les deux dieux. Un festival encore plus spectaculaire, les Héphaïsties, avait lieu à Athènes seulement une fois tous les cinq ans et comportait des défilés aux flambeaux et des sacrifices extravagants pour honorer Athéna et Héphaïstos.

Dans l’art grec ancien, Héphaïstos tient souvent des pinces, une hache, un marteau, une scie ou un ciseau, et est souvent assis en amazone sur une mule.

A Lemnos, pendant ce temps, où, comme nous l’avons vu, selon certains contes le dieu fut jeté à terre, Héphaïstos donna son nom à la ville de Hephaistia, qui avait un sanctuaire qui lui était dédié. Certains sites emblématiques de l’île étaient liés au dieu et à son métier, comme la baie de Mudros (qui signifie « masse de métal fondu »). Même la terre de l’île fut exportée dans l’antiquité car les gens croyaient qu’elle avait des qualités à la fois comme remède et comme poison. D’autres sites où Hephaistos était vénéré, et qui étaient souvent associés à des incendies d’origine naturelle, incluaient Caria et Lycia. Agrigente en Sicile avait autrefois un temple important dédié au dieu (c. 430 AEC), bien qu’il y en ait aujourd’hui peu de traces. Enfin, comme on pensait que le dieu avait son atelier sous les volcans, il était associé à beaucoup d’entre eux, mais surtout au mont Aetna (Etna) en Sicile.

Supprimez la pub

Advertisement

Représentation dans l’art

Dans l’art grec ancien, Héphaïstos est souvent représenté portant un pileus (ou chapeau de travailleur) et une exomide (ou tunique de travailleur). Il tient aussi souvent des pinces, une hache, un marteau, une scie ou un ciseau, et on le voit souvent assis en amazone sur une mule. Cette dernière représentation est en référence à son infirmité qui, curieusement, est rarement explicitement dépeinte dans l’art grec. Dans quelques vases attiques, les pieds du dieu sont pointés vers l’arrière. Il est une figure importante sur le fronton est du Parthénon (447-432 AEC) où la scène de la naissance d’Athéna est représentée. Ce sujet mythologique était également populaire sur la poterie attique où Héphaïstos, avec sa hache, fend la tête de Zeus d’où Athéna est née. La frise orientale du Parthénon montre tous les dieux de l’Olympe en rang qui regardent la procession panathénaïque de la ville et figurant Athéna et Héphaïstos, les deux patrons de l’artisanat, assis l’un à côté de l’autre, en grande conversation.

Supprimez la pub

Publicité

About the Translator

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth is currently teaching English at the British Council, Milan. Fluent in French, English and Italian she has 25 years experience in the field of education. She enjoys travelling and learning about the history and heritage of other cultures.

About the Author

Mark Cartwright
Mark is a history writer based in Italy. His special interests include pottery, architecture, world mythology and discovering the ideas that all civilizations share in common. He holds an MA in Political Philosophy and is the Publishing Director at AHE.